Aller au contenu principal

 

Terre-Neuve / Terre-Neuvas

À la conquête du Nouveau Monde, les explorateurs du 15e siècle découvrirent d’incroyables trésors qui firent la fortune du Vieux Continent : or, cacao, caoutchouc…  Mais il est une autre richesse que personne ne cite plus aujourd’hui :  la morue

A l'occasion de l'exposition "Terre Neuve/ Terre-Neuvas", quatre musées d’art, d’histoire et de société de Bretagne et de Normandie (musée de Bretagne à Rennes, musées de Saint-Brieuc, Saint-Malo et Granville) font cause commune pour mutualiser une partie de leurs riches collections, héritées d’un passé intimement lié à la grande aventure de la pêche à la morue, soit cinq siècles d'une formidable entreprise humaine, sociale et économique.

Un projet collaboratif

Coordonné par le musée de Bretagne, ce projet de double exposition itinérante a pu voir le jour grâce à la collaboration exemplaire de quatre musées d’art, d’histoire et de société. Le choix de ces villes ne doit rien au hasard. Historiquement, les ports de Saint-Brieuc, Saint-Malo et Granville constituèrent le plus grand bassin d’armement pour la pêche morutière en France. Quant à leurs habitants, ils entretiennent un rapport privilégié avec cette histoire collective qui irrigue souvent leur propre vécu familial. Nombre de Bretons et de Normands compte un Terre-neuva dans leur arbre généalogique.

L'aventure de la pêche morutière

Qui étaient ces pêcheurs de morue ? Comment préparaient-ils leur campagne ? Comment vivaient-ils, à bord et à terre ? Comment travaillaient-ils le poisson ?

Des quais du grand Ouest aux eaux froides du grand Nord, ce premier volet de l'exposition met en scène l’histoire méconnue de la pêche française dans les eaux de Terre-Neuve jusqu’à sa disparition, à la fin du 20e siècle. Il dresse le portrait d’une activité économique vitale, pratiquée dans des conditions de vie difficiles. Il détaille la réalité d’un métier et l’évolution des techniques d’une pêche qui stimula durant cinq siècles le portefeuille et l’imagination des sociétés de Bretagne et de Normandie.

Au musée de Bretagne, Rennes du 19 octobre 2013 au 19 avril 2014
A la Chapelle Saint Sauveur, Saint-Malo du 28 juin au 9 novembre 2014

Le temps de l'absence

Qui étaient ces pêcheurs de morue ? En leur absence, comment s’organisait la vie ? Quel rôle ont joué les femmes dans des villages momentanément privés d’hommes ? Quelle image se faisait-on de leur labeur lointain dans la culture populaire ? 

Des quais du grand Ouest aux eaux froides du grand Nord, le second volet de l'exposition  nous transporte dans les territoires régionaux qui ont vu l’apogée de cette activité. Le temps d’une campagne, l’exposition s’intéresse à cette période de l’absence, vécue à terre. Elle sonde l’empreinte laissée par la grande pêche à la morue dans les structures sociales et les représentations culturelles.

Au musée d'Art et d'Histoire de Saint-Brieuc du 19 octobre 2013 au 19 avril 2014
A la Halle au blé, Granville du 28 juin au 9 novembre 2014

Pour aller plus loin

Cette exposition est reconnue d'intérêt national par le ministère de la Culture et de la Comunication /Direction générale des patrimoines/Service des musées de France. A ce titre, elle bénéficie d'un soutien exceptionnel de l'État.